L'économie clandestine : les cybercrimes démasqués

L'économie clandestine et la cybercriminalité démasquées

(Cette infographie expose littéralement le monde des cybercriminels et la façon dont ils utilisent nos renseignements personnels. L'illustration représente la cybercriminalité comme étant un monde douteux qui existe sous nos pieds. Le lecteur est invité à suivre deux tunnels qui se creusent profondément sous la terre, révélant ainsi les nombreuses couches de la cybercriminalité et les réseaux de criminels qui y travaillent très fort, caché du public non averti.)

L'année dernière, plus de huit millions de Canadiens en ont été victimes[1]. De jour en jour, elle devient de plus en plus organisée et puissante. Il s'agit de la cybercriminalité. Elle se nourrit de vos renseignements personnels. Suivez les tunnels pour savoir comment les cybercriminels obtiennent vos informations et font des millions de dollars grâce à elle.

(Un homme tape innocemment sur son clavier chez lui. Un grand immeuble à bureau se trouve à côté de sa maison. Deux tunnels se trouvent sous la maison de l'homme.)

Vous partagez volontairement votre information personnelle en ligne, avec des entreprises et vous la partagez également sur des sites Web. Et parfois, de façon involontaire avec des réseaux de zombies.

Même les grandes entreprises se font pirater. Donc, si ces dernières possèdent vos renseignements, les pirates pourraient aussi les avoir.

(Deux tunnels transportant de l'information du haut vers le bas et du bas vers le haut, situé sous la maison de l'homme, nous conduisent à un donjon rempli de centaines d'ordinateurs et de serveurs appelés « réseaux de zombies ». Un homme joyeux déguisé en paysan, qui est en fait un criminel s'adonnant au détournement de domaine, siffle en comptant une énorme liasse d'argent.)

Les réseaux de zombies sont des réseaux d'ordinateurs infectés par un programme malveillant. Les cybercriminels utilisent les réseaux de zombies pour envoyer des pourriels, installer des programmes malveillants sur les ordinateurs et lancer des attaques par déni de service, sans que les propriétaires de ces ordinateurs en aient conscience.

Les personnes qui font du détournement de domaine louent des réseaux de zombies aux pirates informatiques pour un montant pouvant aller jusqu'à 5 000 $ par heure[2].

On estime à 5 millions le nombre de réseaux de zombies dans le monde[3].

(Les deux tunnels passent de la pièce remplie de réseaux de zombies à une autre pièce située plus bas, remplie de pirates à cagoule tapant activement sur des ordinateurs portables. Devant eux, trois hommes se tiennent à côté de grandes imprimantes, coupant de longs formulaires de renseignements personnels, qui sont alimentés par les pirates. Les renseignements sont ensuite acheminés vers une autre chambre située plus bas.)

Un des plus grands réseaux de zombies jamais créés était composé de 30 millions d'ordinateurs infectés[4]

Chaque minute, 232 ordinateurs sont infectés par un programme malveillant[5].

Les pirates informatiques utilisent souvent les réseaux de zombies pour voler des renseignements de particuliers et d'entreprises, y compris les adresses courriel, informations financières et dates de naissance.

(Dans la dernière pièce, on trouve les personnes qui utilisent les renseignements personnels; on les appelle « monétiseurs ». Ils sont des centaines qui accomplissent leurs tâches sur des postes de travail éloignés. Ils sont supervisés par deux bandits bien habillés se tenant au-dessus d'eux sur un balcon, en fumant un cigare.)<

Les pirates vendent cette information aux polluposteurs, voleurs d'identité et usurpateurs; ils sont aussi connus sous le nom de monétiseurs.

Les monétiseurs transforment vos données en fausses identités, en arnaques avec des cartes de crédit et en un plus grand nombre de pourriels.

Environ 70 % des adultes canadiens ont été victimes d'un cybercrime dans leur vie[1].

Faites en sorte que vos renseignements ne se retrouvent pas dans l'économie clandestine

Soyez prudent lorsque vous partagez vos renseignements personnels comme votre numéro de cellulaire, adresse, numéro d'assurance sociale (NAS) et votre lieu de travail. Votre NAS est une clé d'accès à votre identité et à vos rapports de solvabilité.

Assurez-vous que vos profils de médias sociaux soient privés. Les cybercriminels les balaient pour obtenir vos renseignements personnels.

Sachez comment vous protéger en ligne

Soyez toujours sur vos gardes lorsque vous recevez des courriels d'institutions financières et d'autres organisations qui vous demandent de leur fournir des renseignements personnels en ligne. En cas de doute, communiquez directement avec l'organisation et demandez qu'on vérifie le courriel.

Utilisez votre numéro de carte de crédit en ligne seulement si vous savez que l'entreprise avec laquelle vous faites affaire jouit d'une bonne réputation et que son site Web est sécurisé.

Utilisez des mots de passe différents pour tous les sites Web que vous utilisez. Et n'oubliez pas de mettre régulièrement à jour votre logiciel antivirus.

Consultez le site Web Pensezcybersecurite.gc.ca pour plus de conseils sur les façons de vous protéger en ligne.

Notes en bas de page

[1] Norton Cybercrime Report 2012 "Quick Facts for Canada". Disponible en anglais.

[2] Symantec MessageLabs Internet Security Report, 2010. Disponible en anglais.

[3] SecureList, "End of the Line for Bredolab Botnet," Decembre 2010. Disponible en anglais.

[4] RSA 2012 Cybercrime Trends Report. Disponible en anglais.

[5] CIO, "Are You At Risk? What Cyber Criminals Do With Your Personal Data," 2012; McAfee Threats Report: First Quarter 2012. Disponible en anglais.

Date de modification :