En cette « Journée du chandail rose », dis non à l'intimidation

Le 18 février 2015

Nous sommes très heureux de présenter cette semaine un nouveau blogueur invité, notre étudiant stagiaire Pensez cybersécurité! En tant qu’étudiant de niveau postsecondaire, il apporte un regard neuf (et jeune!). Dans son premier billet sur notre blogue, il partage ses opinions et ses idées sur ce que tu peux faire personnellement pour aider à mettre fin à la cyberintimidation. Joins-toi à nous pour lui souhaiter la bienvenue.

As-tu déjà été intimidé à l'école en ligne ou au travail? Si c’est le cas, tu n’es pas seul. En fait, environ un adolescent sur dix (8 pour cent) au Canada déclare avoir été cyberintimidé sur les réseaux sociaux.Note de bas de page1 

Même si tu n’as jamais été intimidé, il y a de fortes chances qu’un de tes amis l’ait été.

Alors, si un de tes amis était victime d’intimidation, tu ferais quelque chose pour l’aider, pas vrai? Et bien c’est exactement pour cette raison que nous devrions tous nous unir et nous afficher contre l’intimidation. Ce mercredi 25 février est la Journée du Chandail Rose. Des milliers de Canadiens uniront leurs forces et prendront position contre l'intimidation en portant un chandail rose à l'école, au travail et partout ailleurs. La Journée du Chandail Rose a été inspirée par deux étudiants du secondaire en Nouvelle-Écosse qui ont décidé de distribuer des chandails roses dans leur école en appui à l’un de leurs camarades de classe qui a été intimidé après avoir porté une chemise rose à l'école.

Le 25 février, suis l'exemple de ces deux amis et joint le mouvement pour dire #nonàlintimidation dans ton école.

Tes camarades et toi avez maintenant un plan génial pour montrer que l’intimidation ne sera pas tolérée et pour faire de ton école un endroit meilleur pour tout le monde.

Notes

  1. 1

    Ipsos, Bullies Taking to Social Networking as Teens Become More Mobile, February 2013 (anglais seulement)


Suivez Pensez cybersécurité sur Twitter et Facebook.


Commentaires

En soumettant un commentaire, vous acceptez que Sécurité publique Canada recueille le commentaire et le publie sur ce site (politique sur les commentaires du carnet Web).



Commentaires

Jean-Jacques S.

J'ai un problême d'intimidation de 2 voisins qui m'incite au suicide chaque jours. Lorque je sort de chez moi, ils crient par leurs fenêtre suicide toi, suicide toi c est ca qu'on attend. Quel sont les recours que je je peux faire pour faire arrêter c'est forme d'intimidation, qui devient três dérangeant et je suis maintenant ds un état dépressif et ils se moquent de moi, presque que chaque jours, ils habite au (édité). De plus la voisine d'en face qui me dit presque chaque jours ne cesse d'épier a l'intérieur de ma maison ds mon intimité , épie mes conversations etc. et se moque de moi aussitôt qu'elle me voit. A t il un recours possible ?

Reponse

Bonjour Jean-Jacques,

Si vous avez demandé à la personne qui vous harcèle de cesser ses agissements et qu'elle persiste malgré tout, vous pouvez porter plainte à votre service de police municipal.

  • Notez tous les détails importants : dates du harcèlement, comportement du harceleur, vos sentiments et réactions du moment, etc.
  • Mentionnez à la police les antécédents de votre relation avec le harceleur.
  • Même lorsque vous êtes à la maison, assurez-vous de bien verrouiller vos portes et fenêtres. Vérifiez l'identité des personnes à votre porte avant d'ouvrir.
  • Conservez les numéros de téléphone d'urgence à portée de main.

Aussi, sachez que des organismes tels que les CAVAC (Centre d'aide aux victimes d'actes criminels : http://www.cavac.qc.ca/regions/accueil.html) peuvent vous aider et vous fournir le soutien et l'aide nécessaire pour faire face à ce problème.

Si vous êtes âgé de 20 ans ou moins, nous vous conseillons aussi de téléphoner à Jeunesse, J'écoute. Leur numéro est le 1-800-668-6868.
Merci d'avoir communiqué avec nous.

Date de modification :